Construire mieux pour consommer moins:

- Il s'agit de concevoir la maison pour tirer au mieux profit de la situation géographique de la construction. L'orientation de la maison et les ouvertures (baies et fenêtres) sont un élément important pour privilégié l'apport solaire naturel que ce soit l'apport de lumière ou l'apport maîtrisé de chaleur. La répartition des pièces dans la maison est également importante car certaines pièces nécessites par nature plus ou moins de lumière et de chaleur.

- Mais il s'agit aussi de limiter les déperditions thermiques. Une construction plus compacte sera privilégiée et l'isolation ainsi que l'étanchéité seront renforcées. Concrètement, cela veut dire limiter le nombre de m² habitables à ce qui est nécessaire et favoriser un plan qui laissera les vents froids glisser autour de la maison (pas de recoins et peu d'ouverture au nord, nord/est) et qui au contraire sera ouvert sur le sud, sud/ouest.

Le coefficient B.Bio (pour Besoin Bio climatique conventionnel) définie les besoins de la construction liés au chauffage, à la climatisation et à l'éclairage de la maison en tenant compte des paramètres ci-dessus mais indépendamment des choix techniques du mode de chauffage, du type de climatisation, etc...

Le TIC (pour Température Intérieure Conventionnelle) concerne les choix de construction visant à maîtriser les apports du soleil en été sans avoir recours à une climatisation électrique.

Choisir les appareillages et les sources d'énergie:

- Le choix du mode de chauffage, de la production d'eau chaude, de la ventilation sera guidé par la recherche d'appareillages peut énergivores. De même, le choix d'une énergie renouvelable sera privilégié.

Le Cep  (pour Coefficient de consommation conventionnelle d'énergie primaire) calcul les consommations annuelles ramenées au m² habitable pour le chauffage, la climatisation, l'eau chaude sanitaire, l'éclairage et les auxiliaires (ventilation, pompes...)

Concevoir le projet d'habitation pour tenir compte de ces éléments:

- Des coefficients maximums sont calculés pour ces trois valeurs (B.Bio, TIC et Cep). Ce calcul tiendra compte du lieux géographique de la construction (y compris de l'altitude) mais il tiendra également compte de la surface de la construction et des économies de gaz à effet de serre pour les choix d'équipement faiblement émetteurs.

- Il est nécessaire de prendre tous ces éléments en compte dés l'élaboration du projet de construction. L'aide d'un thermicien permettra de valider les choix.

Ce n'est toujours pas beaucoup plus clair... je vous l'accorde. La théorie demeure floue, je vous invite donc à rejoindre la page "PRATIQUE" pour découvrir concrètement comment préparer le dossier du permis de construire dans le cadre de la réglementation thermique. Sur la page "TECHNIQUE" vous trouverez comment matériellement répondre aux nouvelles exigences. 

 

SYMA MAISONS BOIS

La RT 2012 facile à comprendre